DMC et label IBA Basel

Un projet sur 25 ans pour redonner vie à cet espace de 75 hectares en coeur de ville. La reconversion du quartier DMC pourrait redonner à ces trois lettres (que l’on retrouve dans le monde entier avec le fil DMC), son lustre international. L’ambition est de passer d’une cité industrielle à un quartier métropolitain multifonctionne, lieu de créativité et de vie innovant animé par des associations et des entreprises trinationales, notamment de l’économie sociale et solidaire et/ou créative.

 

Un espace en cœur de ville

Depuis 2008, la Ville de Mulhouse et Mulhouse Alsace Agglomération travaillent à la nouvelle vocation du site DMC

Situation : au coeur de Mulhouse, à la jonction des quartiers Brustlein, Cité-Briand, Dornach.

Superficie :

  • 10 hectares laissés libres par l’entreprise DMC, qui a recentré son activité sur 5 hectares,
  • plus largement, 75 hectares compris entre les avenues DMC au Nord, Briand au Sud, les rues de Pfastatt à l’Est et la voie ferrée à l’Ouest.

Ambition : construire un quartier aux multiples fonctions qui témoigne de l’histoire industrielle rhénane.

Financement : Ville de Mulhouse, Conseil général, Région, Ademe...

Les atouts du quartier

  • durable, privilégiant les modes de déplacements doux et intégrant les critères du développement durable et des économies d’énergie, des toits végétalisés…
  • patrimoine bâti et paysager préservé : le périmètre comprend un patrimoine industriel d’une qualité exceptionnelle. Dix bâtiments industriels à l’architecture remarquable à reconvertir pour y pérenniser des activités de production ou y implanter logements, services et équipements,
  • mixité entre logements, activités économiques, équipements publics, services, espaces verts…,
  • intégré dans le tissu urbain existant et bien desservi : proximité de l’autoroute, de la gare de Dornach (tramway, tram-train, TER),
  • mise en avant de l’entrepreneuriat culturel et créatif, avec tout ce qui concerne les métiers des médias, de la culture, du son, du monde culturel créatif.

 

Avec IBA Basel, le quartier DMC vise l’international

Pour donner au projet colossal une dimension internationale, la Ville de Mulhouse a posé sa candidature à la prestigieuse démarche IBA Basel 2020

IBA, Imaginer et Bâtir l'Avenir

Les IBA (Internationale BauAustellung, en français « Imaginer et bâtir l'avenir ») développées en Allemagne constituent des outils de développement urbain performants et innovants. Ce concours trinational (France - Allemagne-Suisse) est basé sur l'urbanisme et le paysage.

Une IBA c'est d'abord une méthode pour révéler des projets. Sur un territoire identifié (un quartier, une métropole, une région), il s'agit d'inventer le futur par la réalisation concrète de projets urbains innovants et durables, dans un temps défini.

Atouts

  • mise en réseau et communication,
  • portée internationale.

Une démarche en 4 étapes

  • Candidature : la Ville s’est portée candidate en 2011
  • Prénomination : Mulhouse est devenue partenaire associé le 14 juin 2012
  • Nomination : le quartier DMC est nominé en mai 2016
  • Attribution du label Iba Basel : 2020

Quel que soit le verdict, la reconversion du site suivra son cours mais sa labellisation IBA Basel, label prestigieux et reconnu internationalement, donne une portée internationale.

Des actions déjà engagées

  • Manifestations culturelles  temporaires : festival Météo, festival Premiers actes.
  • Motoco (bâtiment 75 - 9000 m²) s'installe en 2013 : il propose des espaces en location aux artistes et artisans transfrontaliers (trinational). Portes ouvertes au public le premier dimanche du mois. 

...et à venir.

  • 2016 : exposition de tous les projets IBA : conférences, expositions, concerts...

2015-2016 : Motoco et le Réfectoire

  • Février 2016 :
    fin des travaux du bâtiment 75 prennent fin. Le bâtiment abrite Motoco : un hôtel d’entreprises créatives regroupant 60 locataires, et favorisant la création d’entreprises.
    Investissement : près d’1,5  M€ par m2A avec le soutien financier de la Région Alsace.
     
  • Décembre 2015 :
    m2A achète une partie du site à Citivia : 7ha comprenant 7 bâtiments dont le bâtiment 75 occupé par Motoco.
     
  • Août 2015 :
    inscription du Réfectoire et de ses abords sur la liste des Monuments historiques

 

Motoco, un laboratoire d'expérimentation créative

Motoco propose diverses manifestations tout au long de l'année. En 2016, de nouveaux projets sont en cours sur le site : installation d’un hôtel universitaire international, établissement d’un laboratoire expérimental sur la robotique, relance d’une boulangerie de quartier par une association.

2012-2014 : études préparatoires

  • contraintes environnementales,
  • études de programmation,
  • étude de maîtrise d'oeuvre urbaine avec Reichen et Robert...

Parallèlement, un hôtel d'entreprises accueillant un photographe, des services, une antenne Sémaphore... ouvre en 2013.

Installation de Motoco

Au travers de ces laboratoires d’expérimentations se développent des processus innovants de participation de la population, ainsi que des projets flexibles qui assurent une évolution permanente du site.

L’association Motoco s’installe en 2013 dans l’un des bâtiments vacants du quartier DMC. Lancé par une haute école d’art et design suisse, Motoco trouve là un espace pour ses idées en France et fonctionne en tant que projet trinational (Suisse, France et Allemagne).

L’association met à disposition des espaces à faible coût pour des artistes et les entreprises créatives de la région trinationale. En 2016, le bâtiment abrite 60 locataires venant des trois pays. 

Au travers de ces laboratoires d’expérimentations se développent des processus innovants de participation de la
population et des projets flexibles assurent une évolution permanente du site.

Décembre 2010 : choix du projet retenu

Trois ateliers d’architectes-urbanistes, parmi les plus renommés en France, proposent leur projet.

C'est celui de Reichen et Robert & Associés qui est retenu pour faire de DMC un futur quartier plurifonctionnel de 75 ha.

Economie, loisirs, espaces partagés, mobilité, énergie, espaces verts... sont au programme de ce projet, que vous pouvez découvrir dans le document en colonne de droite.
Le projet s'appuie sur la végétation existante, valorise l’eau, ouvre les toits au public pour permettre une vue sur la ville et sur les Vosges et minimise l’accès automobile du site.

Reichen et Robert & associés

Le projet repose sur le réemploi des espaces et des bâtiments existants (aucun bâtiment ne serait démoli), auquel s’ajoute la construction de logements. Plus qu’une rénovation, il s’agit de donner un nouvel usage aux bâtiments en les transformant. Les espaces modulables peuvent accueillir diverses fonctions. Les sheds, plus aérés et plus lumineux, pourraient accueillir des activités culturelles et de loisirs… S’ajouteraient une cité de l’entreprise, des espaces économiques ou de formation, des logements (loft, logements familiaux…). Le Réfectoire pourrait devenir une maison des fêtes, le bâtiment 118 une maison des associations.
Côté déplacements, le projet laisse les voitures en périphérie et propose quatre parkings en bordure du site. Il propose également le développement d’une forêt urbaine à l’Ouest, en continuité du petit bois de la rue du Tarn.

Partager